hlb

Avertir le modérateur

05/07/2013

Réflexion (3)

Tri - fléchir


Ou : comment combattre ses ennemis ?

 

 

Je reviens de "mon" Beaumont les Volubilis.

Quelques volutes demeurent encore dans la haie. A force d’en traquer les pousses, je finirai bien par en avoir raison.

 

 

Mais, pire que les volubilis, voilà que la renouée du Japon* envahit le terrain. 

Il y a des années j’avais cru l’avoir éradiquée. Mais non. Ses racines sournoises se sont frayé de multiples chemins souterrains et apparaissent ailleurs.

L’un des moyens de lutter consiste à y mettre de l’ortie.

 

 

De l’ortie ? ? 

... qui fut ma première ennemie lorsqu’un mulet, furieux que nous montions à cru sur son dos, racla nos jambes nues contre un vieux mur et nous fit basculer dans un massif plus haut que nos tailles d’enfants. Nous en ressortîmes bras, jambes et visages cuisants.

Orties que je retrouvais, des années plus tard, dans un jardin. Racines jaunes, lovées entre elles comme un nid de serpents. 

Munie de gants protecteurs, à force de les manipuler j’en suis arrivée à bien les connaître et les considérer comme adversaires plutôt qu’ennemies.

 

 

Autre terrain autre rival : le roncier. Malgré les confitures de mûres qui faisaient nos délices, il fallut s’en débarrasser. 

Ces petites pousses vert tendre, si fragiles au printemps,   grandissent, retombent à terre, s’infiltrent le long des arbustes, marcottent et repoussent empêchant toute autre végétation 

Stratégie de défense efficace : épines et entrelacs.

Habile à ne pas me faire piquer, je commençais à les comprendre, c’est-à-dire à les aimer. 

Lorsque j’appris qu’elles permettaient ainsi la conservation des graines d’antan, je m’excusais tout naturellement auprès d’elles de devoir les exterminer.

 

 

Tout en lançant ses graines à tout va, l’oseille sauvage (rumex) fait triste chandelle dans la pelouse, ses racines s’enfoncent profondément dans la terre. Il paraît qu’elles font remonter des sels minéraux qu’on ne trouve pas en surface...

 

 

Que dire du chèvre-feuille dont on suce les fleurs et hume le parfum, ou des lianes qui produisent de si belles grappes de graines vertes et rouges, mais qui étouffent les haies en formant un fouillis peu compatible avec la taille au cordeau des instruments modernes ?

Et du lierre au vert profond enserrant troncs et branches et empêchant la sève de circuler librement ? 

 

 

Que de plantes vampires, prédatrices, colonisatrices...

 

Alors ?

 

Alors, je tri-fléchis et ne sais que penser.

 

_______________________________________________

*véritable fléau de nos contrées européennes. Voir Internet.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu