hlb

Avertir le modérateur

17/03/2014

Françoise Lefèvre, une lumière originelle

Margareta - Parmi les livres publiés par Françoise Lefèvre, j’en ai lu trois. 

Dans une écriture somptueuse, Mortel Azur évoque, entre autres, les sensations et les sentiments primordiaux ressentis par une femme lorsqu’elle attend un enfant.

Le Petit Prince Cannibale raconte les premières années de la vie de son fils autiste. Ce livre a obtenu le Prix Goncourt des Lycéens en 1990.

 

L’industriel - Cet enfant est maintenant un homme de théâtre, Hugo Horiot. On peut le voir interviewé dans plusieurs vidéos où il répond de façon très simple à la façon dont sa mère et lui ont réussi de sortir de cet autisme. Il a raconté ce parcours dans L’empereur, c’est moi paru l’an dernier.

 

L’instituteur - Autiste : tu changes une lettre, tu obtiens artiste.

 

Margareta - Je reviens à Françoise Lefèvre, car je voudrais parler de Se Perdre Avec les Ombres. En une première partie, elle livre au hasard ses réflexions à l’âge de la carte Senior.

En un deuxième chapitre intitulé Une parenthèse allemande ; de qui est-on vraiment l’enfant ? elle donne à sa postérité présente et future les clefs d’une partie de leur origine, rejoignant par cela la Grande Histoire. 

Et pour revenir au titre de cette note, je cite les derniers mots du livre : le soleil brille, brille, brille...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu