hlb

Avertir le modérateur

05/04/2014

Sacher-Masoch : une lueur dans les ténèbres

"Le legs de Caïn"

 

Léopold von Sacher-Masoch n’a pas eu de chance.

 

Il aurait dû simplement s’appeler Léopold Sacher, comme son père. Or, à l’âge de deux ans, un décret impérial lui attribua le patronyme de son grand-père maternel, célèbre médecin qui craignait de voir s’éteindre son nom.

 

Le jeune Léopold fut éduqué par sa nourrice qui le berça de légendes ukrainiennes où abondaient femmes cruelles et dures.

Lorsqu’il eut douze ans, à Prague, il assista aux révoltes et insurrections que son père, préfet de police, était chargé de réprimer

Jeune homme doué, passionné d’histoire et de littérature, à vingt six ans, il rencontra une femme avec laquelle il vécut ses désirs les plus profonds, qu’il racontera dans certains romans dont  le plus connu est La Vénus à la Fourrure.

 

Parallèlement à cela son contemporain, le psychopathologue Richard von Krafft-Ebing,  décida d’utiliser ses écrits ainsi que son patronyme pour modifier l’appellation d’une déviation sexuelle connue de tout temps sous le nom de algolagnie. Léopold en fut très affecté mais ne réussit pas à s’opposer à cette nouvelle dénomination.

 

Cet écrivain magnifique était reconnu en son temps par les plus grands.

Il me chagrinerait qu’il réapparaisse de nos jours en raison de l’aspect dit «pervers» de sa relation à la fourrure.


D'une certaine façon, il me fait penser à Olivier Blue* : "Tous les romans, lorsqu'ils ne traitent pas de matière historique, sont nés de ma vie, baignés du sang de mon coeur", écrit-il quelque part.

 


 

________________________

*voir ce blog à la date du 25 m

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu