hlb

Avertir le modérateur

24/11/2014

Petit Mir

Comme il est né un premier novembre, Petit Mir aime les fins d’après-midi tombantes. Il aime voir s’éclairer les rues, briller les lumières lorsqu’il pleut et rentrer chez lui en sachant qu’il n’en sortira plus jusqu’au lendemain.


Cependant,  vers la fin du mois, il éprouve une mélancolie inexplicable. Il n’aime plus se promener dehors et refuse de passer devant le fleuriste qui étale ses plantes sur le trottoir près de son immeuble.


Comme on veut qu’il soit un enfant bien élevé, on ne tolère pas ce qu’on appelle un incompréhensible caprice. Aussi Petit Mir est-il contraint d’entendre une plainte qu’il ne veut pas écouter et qui, chaque jour, se fait plus lancinante à son oreille car, à force de la côtoyer, il en perçoit le sens.


Ce bruit émane des sapins posés par terre. Certains pleurent, d’autres parlent. Ils regrettent leurs forêts, le vent dans leurs branches et racontent comment les tronçonneuses sont venues les couper du lieu de leur naissance.


Certes, ils savent qu’ils participent d’une tradition et qu’ils vont faire la joie de nombreux enfants. Toutefois, ils se demandent s’il est bien nécessaire de mourir pour plaire à d’autres. 


Petit Mir les comprend mais ne sait leur répondre. Il les regarde et voudrait les consoler mais comment ? D’autant qu’il y en a tellement ! Les plus beaux sont enfermés dans des filets, on dirait de grandes flammes éteintes, des larmes grises. Ce sont eux qui émettent les histoires les plus tristes. 


Ils ne croient pas que les enfants aient vraiment besoin d’eux et pensent qu’ils sont surtout destinés à la satisfaction des adultes. Les plus réfléchis affirment que les temps sont venus de penser et d’agir autrement.

 

Mais il est difficile de penser autrement que ce que veulent les parents. Cependant au fond du ventre, une idée se construit. Elle grandit. On y pense de plus en plus. Alors on cherche une question à poser pour l’aider à passer dans les mots.


C’est  alors que tout bascule : on a bien préparé la question, le moment de la poser, tout semble clair et... c’est la catastrophe  ! Les parents rient... ou grondent... ou n’entendent pas...


Petit Mir ne sait jamais ce qui va se passer quand il posera sa question. Alors il préfère penser à l’intérieur. C’est difficile, parce que ce qu’on croit, pour que ce soit vraiment vrai, il faudrait pouvoir le dire... 


Il n’empêche, les sapins de Noël pleurent. Pour ne pas attrister les enfants, ils essayent de rire quand on les orne de décorations mais Petit Mir les a bien vus l’année dernière, ils en meurent ; on les retrouve entourés de leurs aiguilles partout sur les trottoirs quand on retourne à l’école.

 

Ce qui est bien quand l’aventure des sapins est à peu près terminée, c’est que les jours allongent. «Du saut d’une puce», a dit maman. Une puce... une carte à puce... un tout petit peu, quoi, mais tous les jours un peu plus. C’est le contraire de l’automne.


C’est très agréable aussi. Et, parce qu’il grandit chaque année, Petit Mir commence à comprendre qu’il aime quand les jours diminuent mais qu’il n’aime pas quand les sapins pleurent.


Et aussi qu’il aime quand les jours allongent et qu’on ne pense plus aux sapins. Parce qu’ils sont là-bas, dans les forêts, que le vent leur passe dessus et que, peut-être, en vacance cet été on ira les voir.




Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu