hlb

Avertir le modérateur

21/01/2013

Le point de souffrance

Denyse - Astucieux montage, Lilith, mais qui ne sert qu’à prêcher ceux qui sont déjà convaincus.

 

Lilith - Que faire alors, comment changer nos mentalités ?

 

Denyse - Puisque dire semble te convenir, continue à le faire, à condition d’avoir toujours à l’esprit la liberté de penser de ton interlocuteur. 

Nous sommes une société malade, c’est évident, mais tout le monde ne le voit pas ainsi. Les plus irréductibles sont les plus fragiles.

 

Lédl’a - Ce sont aussi souvent les plus virulents. 

Or, derrière les propos violents se cache presque toujours soit un refus : je ne veux pas le savoir ; soit une susceptibilité. Autrement dit un point de souffrance.

 

Denyse - Tu nous disais l’autre jour la colère que tu ressentais lorsqu’on faisait des remarques au sujet de ton nom. Fais un montage à ta façon pour exorciser cette peine.

 

Lilith - Arrête, tu vas me faire pleurer.

 

Lédl’a - Courage, ma chérie, tu touches là ton point de souffrance.

07/01/2013

L'humanité est créatrice

Lédl’a - Etant donné que nous avons survécu à l’apocalypse, c’est maintenant qu’il convient de s’intéresser à la culture maya.

 

Fruit - Pourquoi ?

 

Lédl’a - Pour prendre conscience des tendances sacrificielles et doloristes qui nous ont façonnés depuis tant de millénaires. 

Nous avons tout de même appris beaucoup de choses ces cinquante dernières années. Entre autre que l’humanité n’est pas plus mauvaise que bonne. Elle est créatrice. 

 

Fruit, sarcastique - Elle est belle sa création ! Toutes ces haines, et ces indifférences aux autres...

 

Lédl’a - Attention au côté scregneugneux qui pointe au bout de ton nez. Je te conseillerais bien de faire le tour du monde...

 

Fruit - Grand’mère ! Avec toi on ne sait jamais quand tu plaisantes, et mes études ?

 

Lédl’a - Tes études, bien sûr... Ce ne sont pas les études qui apprennent la vie. Je viens de relire La Guerre à Neuf Ans, de Pascal Jardin. C’est une tranche d’histoire vue par le père d’Alexandre Jardin. Lis-le et nous en reparlerons.

 

04/01/2013

Amitié tumultueuse

 

Denyse - Qu’arrive-t-il à notre conscience lorsque nous avons quitté notre corps  ?

 

Le roi de Trèfle - Ah Denyse, Denyse ! Rien... Rien. Que voulez-vous qui arrive ?

 

Denyse - Je ne sais pas, mais je sais qu’il arrive quelque chose. Probablement pas de la même façon selon les individus. Tenez, je suis sûr que lorsque nous nous posons ce genre de question, L‘Ecrivain est parmi nous. Il ne peut en être autrement.

 

Le roi de Trèfle - Vous me désespérez.

 

Denyse - J’ai envie d’aller voir ce Beaumont des Volubilis et ce qui s’y fait. Accompagnez-moi.

 

Le roi de Trèfle - Surtout pas.

 

Denyse - Pourquoi ? Vous avez peur ?

 

Le roi de Trèfle - Pourquoi aurais-je peur ? Je ne veux simplement pas cautionner ce genre d’inepties. 

 

Denyse - Vous n’aimeriez pas découvrir que votre vie, qui n’a pas été toujours drôle d’après ce que vous m’en avez dit, a servi à quelque chose ?

 

Le roi de Trèfle - Professionnellement parlant, c’est le cas. Le reste...

 

Denyse - Vous arrive-t-il de rêver quelque fois ?

 

Le roi de Trèfle - Jamais. Ou si rarement. Quand ça m’arrive, je m’efforce d’oublier.

 

Denyse - Vous avez tort. Je ne comprends pas pourquoi nous continuons à nous voir. Il doit bien y avoir en moi quelque chose qui vous attire...

 

Le roi de Trèfle - Je vous retourne votre phrase.

 

Denyse - Cher ami, je vous ferais gentiment remarquer que c’est toujours vous qui téléphonez. Je vous aime bien, mais pour être tout à fait honnête, si vous appeliez moins souvent, cela ne me manquerait pas.

 

Le roi de Trèfle - Dites tout de suite que je vous ennuie.

 

Denyse - Non, vous ne m’ennuyez pas. Vous êtes pour moi un curieux mélange de pas-en-avant et pas-en-arrière. Que diriez-vous si je vous offrais un chien ?

 

Le roi de Trèfle - Un chien ? Que voulez-vous que je fasse d’un chien ?

 

Denyse - Cela fait un moment que j’y pense. Réfléchissez-y, vous n’êtes pas obligé de répondre tout de suite.

20/12/2012

Résumé sommaire

 

L’écrivain est le point de départ de l’histoire. Il a inventé les Compères dont il est le membre principal.

 

Les compères résident à Paris.

 

Les personnages issus des contes sont Fruit (les aventures de...), Margareta (Energipsy), Kiridipe et Koeur (Le satellite rêveur).

 

Dans le bourg de Beaumont les Volubilis, pays natal de l’Ecrivain, ce dernier a retrouvé Margareta sa fille imaginée. Puis il est mort, laissant une utopie qui ne demande qu’à vivre.

 

L’instituteur et Margareta ont décidé de s’y consacrer.  

 

Tout le monde est convié à participer à cette création dont, bien entendu, chacun des rameaux ne saurait être répertorié.

 

Que la fantaisie danse dans l’espace ainsi ouvert. . .

 

 

 Bonne année à toutes et à tous.

 

19/11/2012

Apocalypse novembre 2012


Lédl’a - Notre conversation d’hier m’a rappelé un dicton sud-américain :


 le monde existe encore, mon fils, parce qu’il a ri.


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu